le 05/02/19

Tapis convoyeur : une solution contre les troubles musculo squelettiques

« Autrefois, il fallait faire son métier. Puis grâce à la qualité, bien faire son métier. Et maintenant : bien faire son métier sans se faire de mal. » (Source : www.carsat-ra.fr). C’est dans cette logique que OmniMetal, via sa société TIB, intervient régulièrement dans différentes entreprises afin de modifier des structures comme des convoyeurs à rouleaux ou tapis de convoyage pour diminuer les risques de TMS.

Mais, les TMS : c’est quoi ?

Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS), sont des maladies multifactorielles, qui peuvent être engendrées par des postures de travail contraignantes et des gestes répétitifs.

Les TMS se manifestent par des douleurs récurrentes (engourdissements, picotements, ...), des raideurs souvent associées à une perte de force au niveau du membre touché et à une gêne fonctionnelle qui peut parfois être invalidante. Ils peuvent toucher les muscles, les tendons mais aussi les articulations et affectent principalement celles des membres supérieurs (épaule, coude, poignet), inférieurs (genou, cheville) ou à hauteur de la colonne vertébrale.

Ainsi, pendant l’activité de travail, lorsque les mouvements répétés entraînent une sollicitation supérieure à la résistance du corps humain, des micro-lésions se forment et s’accumulent sans que l’on s’en rende vraiment compte. Toutefois, ces micro-lésions altèrent petit à petit l’organisme et la répétitivité des mouvements empêche la restitution intégrale des tissus. Dans ce cas, des TMS peuvent apparaître et se développer.

En France, les troubles musculo squelettiques sont la première cause de maladie professionnelle. Et ces pathologies touchent toutes les entreprises et toutes les professions.

De plus, ces maladies connaissent une croissance d’environ 9 à 10 % par an depuis 10 ans. Et au total, l’ensemble des TMS indemnisés a engendré, en coûts directs, en 2011, la perte de 10,4 millions de journées de travail et 1,02 milliards d’euros de prestations couvertes par les cotisations des entreprises. (Source : www.carsat-sudest.fr)

Le record se situe dans les industries agroalimentaire. En effet, elles représentent un quart des troubles musculo-squelettiques reconnus comme maladies professionnelles.

Les origines de ces troubles sont connues et sont essentiellement liées à:

- des gestes et mouvements répétitifs

- le port de charges lourdes

- l’exposition aux vibrations et aux bruits

- le rythme rapide en production

- l’exposition à des températures de travail « trop froides » ou « trop chaudes »

- la mauvaise conception de certains postes de travail

Quelles sont les conséquences des troubles musculo squelettiques sur votre entreprise ?

Les TMS sont les premiers facteurs d’invalidité au travail, et leur nombre ne cesse d’augmenter chaque année. Pour l’entreprise, ils peuvent être vecteurs d’une perte d’efficacité économique, voire de savoir-faire.

Les conséquences de ces TMS sont :

- absentéisme,

- désorganisation du travail,

- surcharge de travail pour les autres salariés,

- baisse de qualité du travail et du rendement,

- augmentation des cotisations accident du travail et maladies professionnelles

 

Aussi, au delà de l’impact direct pour les victimes des TMS, les entreprises sont confrontées à plusieurs difficultés :

1- Des restrictions médicales

Les conséquences physiologiques des TMS peuvent déclencher un avis de restriction d’aptitude du salarié vis-à-vis de son poste de travail. Cette restriction place alors l’entreprise dans l’obligation d’adapter le poste du salarié et, si cela n’est pas possible, de reclasser ce dernier dans la limite de ses possibilités. Et ce processus de reclassement peut être difficile, car les postes présentant des opérations de manutention sont souvent les plus nombreux.

2- Des facteurs de pénibilité exposant notamment les salariés vieillissants

Le maintien dans l’emploi des salariés vieillissants est un axe récemment amplifié par le recul de l’âge de départ à la retraite. De ce fait, les entreprises doivent, dans certaines conditions, négocier un accord et mettre en place un plan d’actions prévenant la pénibilité au travail.

3- Un coût parfois sous estimé

La durée moyenne (Source : INRS ED 6087 2 ) des arrêts de travail en AT (Accident du Travail) pour lombalgie est de 55 jours et de 340 jours en MP (Maladie Professionnelle). A ces coûts directs s’ajoutent d’autres impacts financiers moins calculables mais autant préjudiciables à l’activité de l’entreprise : pertes de temps, de production, absentéisme,etc., qui altèrent ses performances économiques.

Les troubles musculo squelettiques représentent donc un coût élevé pour les entreprises. Cela vaut donc la peine de s’y pencher un peu… Ceci est d’autant plus vrai que réduire le risque TMS répond aussi à des enjeux humains et économiques, mais s’avère être également une source d’amélioration des performances et de la rentabilité.

Que pouvez-vous faire pour les éviter ?

Des solutions de prévention peuvent être mises en place. Elles reposent sur une démarche participative qui s’appuiera sur une information et une mobilisation des acteurs de l’entreprise, une montée en compétence interne ou un recours à des compétences externes, une analyse des situations de travail dépistées à risque pour une transformation de celles-ci.

En fonction des différentes causes de TMS identifiées, les actions menées par les entreprises peuvent porter sur :

- la conception des outils ou des produits,

- le matériel,

- l’aménagement des postes,

- les ambiances thermiques,

- l’organisation du travail.

OmniMetal est sensible aux troubles musculo squelettiques dans vos industries, et peut trouver des solutions pour y pallier.

Voici, par exemple, 2 projets qui ont été menés par OmniMetal et qui ont permis de réduire le risque de troubles musculo squelettiques mais aussi d’améliorer la productivité.

1- Entreprise Dorégrill à Sautron (Loire Atlantique) : Conception, fabrication de rôtissoires professionnelles

Mise en place d’un convoyeur permettant de faire revenir une pièce à la portée de l'opérateur sans que celui ci ne soit dans l'obligation de faire le tour de la machine. Désormais, c’est la pièce qui fait le tour, plus l’opérateur.

Bénéfices : gain de productivité, amélioration de l’ergonomie, diminution du risque de développement de TMS.

Aménagement d'un poste de travail grâce au tapis convoyeur

2- Cartonnerie centre Bretagne: Fabrication d'emballages en carton ondulé

Mise en place d’un convoyeur à rouleaux motorisés avec courbe à 180° pour évacuation de cartons avec zone tampon permettant de lisser la cadence de l’opérateur.

Bénéfices : +20% de gain de productivité, fort retour sur investissement, amélioration de l’ergonomie au travail.

Amélioration ergonomie et gain de productivité avec un convoyeur à rouleaux

Les bénéfices de ces système de convoyage à rouleaux ou tapis convoyeur sont nombreux et permettent, notamment, de lutter pour une amélioration des conditions de travail et de la sécurité des opérateurs.

 

Alors n’hésitez pas, pour tous vos projets d’amélioration d’ergonomie, de diminution de risques de Troubles Musculo Squelettiques (TMS) et de gains de productivité, contactez nous !

Partagez cette page
26/06/19
Convoyeur helicoidal a tube débillarde
Le convoyeur hélicoïdal à tube débillardé: une solution pour limiter la manutention de cartons.
29/05/19
Serrurerie métallerie, l’apprentissage, une solution évidente pour certains
OmniMetal, à travers Marion Métallerie, affiche sa volonté de former des jeunes aux métiers de serrurier métallier à travers l’apprentissage ou l’alternance. Depuis plusieurs mois, elle accueille 3 jeunes en alternance en serrurerie métallerie et chaudronnerie. Il s’agit d’Erwan, Guillaume et Jérémy.
31/03/19
AMÉNAGEMENT MÉTALLIQUE DE LA STATION ST GERMAIN - LIGNE B MÉTRO DE RENNES
Spécialiste dans le domaine de la serrurerie métallerie, Marion Métallerie a été mise à contribution pour l'aménagement de la station Saint-Germain du métro de Rennes.
ˆ